Sommaire

Print Friendly

Hubacs-from-chalet

 

Coming next

En préparation, un gros chapitre (voire plusieurs) sur une production de 1991 atypique, « Ecrire contre l’oubli », soit 60 stars, devant ou derrière la caméra, oeuvrant pour les prisonniers d’opinion à travers le monde, et ce lors du 30e anniversaire d’Amnesty International.

Mon roman Louvre Story est terminé et il est à paraître un de ces quatre, dès que l’éditeur aura été arrêté, c’est en réflexion pour l’immédiat. J’ai récemment bouclé un chapitre, La vie est un roman où je m’attèle à approfondir le pourquoi de mon webroman Otium, et où je fais le distinguo entre pur roman et roman autobiographique, avec les problématiques des uns et des autres. Fonction des retours que j’en aie, ce chapitre semble être reconnu pour l’heure comme l’un des meilleurs d’Otium. Trois tous nouveaux chapitres, pour ceux qui ont déjà dévoré les autres : Un Delirium très mince où l’on comprend pourquoi j’associe mon père à Yves Montand ; Reiser ou la perversité de Dieu qui amène de nouvelles preuves, accablantes, sur ce SDF pas très clair qu’est Dieu (prénom Le Bon) et Georges Messart et le signe des cinq où je raconte l’étonnante histoire d’un type en quête de son père biologique (qui s’avère être aussi le mien, mais pas biologique). Entre deux chapitres de ce webroman, ne manquez pas de visiter notre toute nouvelle salle d’exposition virtuelle présentant des oeuvres de la peintre Caroline de Lipowski. Attention talent ! et je ne dis pas ça car c’est la mère de mes enfants.

 

auteur-au-travail

 

Previously

Rappel des épisodes précédents :

 

Décennie 1950-1959

1951 – 16 mai, Moreau ou de Lipowski ? ou la naissance… du conflit d’identité.

1952 – Mai, L’amnésique abime de la mémoire, épisode réservé aux aficionados, aux meudonnais et aux sapeurs des trous de mémoire.

1959 – Printemps, un delirium très mince ou comment se passer d’aquarium à la maison pour conserver vos serpents, lézards et mygales.

 

Décennie 1960-1969

1962 – Novembre, La Nuit des Longs Couteaux : tentative de meurtre en milieu bourgeois, mon père tente de tuer ma mère, pour faire simple.

1962 – Décembre, Hiroshima et ginkgo, traité sur ma tête en ogive nucléaire, ou la révélation du secret de famille en pur chantage.

1963 – Septembre, les amitiés particulières, sur le banc avec Philippe Val.

 

Décennie 1970-1979 

1975 – Automne, Les copains d’la neuillle, soit Maurice Frot, Paul Castanier, Léo Ferré.

1976 – Janvier, Écoute s’il pleut ! ou le viol du show business d’où va naître un enfant : le Printemps de Bourges.

1976 – Novembre, Le Dernier Mandrin, Maurice Frot, deuxième époque.

1977 – Avril (1), un Printemps… à Bourges ? Springtime beginning deuxième épisode, ou le show vs business.

1977 – Avril (2), La guerre de Bourges aura-t-elle lieu ? 3e et dernier volet des aventures, épiques, du Printemps de Bourges.

 

Décennie 1980-1989

1980 – Avril, le Printemps, la tarte et le bouffon fable ou l’auteur s’entarte lui-même.

1982 – Novembre, Desproges et les couloirs courbes ou la force du destin,  centrifuge dans les courbes.

1983 – 5 novembre, Reiser ou la perversité de Dieu attestée par une comptabilité funèbre, celle des maîtres en humour rapatriés trop tôt dans les nuages.

1983 – 18 décembre, la Campagne d’Italie : Humphrey Bogart sur les traces de Lauren Bacall.

1983 – 20 décembre, La Voie du Guerrier : Lauren devient Caroline.

1984 – 19 janvier, Aragon et nous ou l’art du poète à faire flipper tout le monde.

1984 – 17 février, Les guerres de ma mère, tout est dans le titre.

1984 – Juin, le junky chauve, l’homme qui se shootait au Bépanthène.

1988 – Le Printemps, Mitterrand et moi ou comment Gainsbourg devient Président de la République.

 

Décennie 1990-1999

1991 – Mai, Comment je m’appelle ? De déjà pas simple, ça devient très compliqué.

1991 – 10 mai, L’anniv’ de Tonton ou comment Lipo s’introduit en petite souris à l’Elysée pour l’anniversaire du Président.

1999 – Juin, Camarde de fin de siècle ou l’étonnante semaine de la disparition de ma maman, moment aussi douloureux que riche en coups de théâtre pour le clan des Lipowski.

1999 – Juin, Georges Messart et le signe des 5 ou l’insolite histoire d’un homme qui recherche un père, qui s’avère être aussi le mien.


Décennie 2010-2016

2014 – Janvier, la rencontre de Montoire, il n’y a pas que Pétain et Hitler dans la vie.

 

Tentatives

La vie est un roman ou les coulisses d’Otium, un roman qui n’en est pas un tout en l’étant. Le truc simple, quoi.

Prédestination : tu seras Pierre Fresnay mon fils : l’apprentissage de la défiance de soi-même.

Rabâchage, forcément rabâchage ou la recette consistant à changer de plats.

Pensées, faisons simple, Pensées est mieux qu’Apophtegmes.

Crémation, fiche pratique, conseils pour choisir entre feu ou terre, faute de Titanic.

In memoriam, nouvelle de science-fiction bouclant Otium et nous ramenant au début.

 

Le film : Les Lipowski Aussie

Les Lipowski Aussie, le film, ou l’introduction à un long métrage d’aventures, de tourisme et de bestioles, où l’on découvre que le titre du film ne comporte pas de faute d’orthographe.

Les Lipowski Aussie. Part 1. Hong Kong. Comme son titre l’indique, cette première partie ne se déroule pas à Marseille.

Les Lipowski Aussie. Part 2. Kangourous. De gentilles assez grandes bêtes, sur pattes, que tu ne te sens pas d’énerver pour autant.

Les Lipowski Aussie. Part 3. Aborigène qui peut. Qui a dit qu’il était facile de sortir un son du didgeridoo ?

Les Lipowski Aussie. Part 4. 40e Rugissants. Un peu comme Ouessant, mais en plus venteux.

Les Lipowski Aussie. Part 5. Uluru en désert. Un peu comme le Sahara mais en plus vert.

Les Lipowski Aussie. Part 6. Cacatoès and Sydney. Les perroquets façon Hitchcock, Sydney façon Godard.

Les Lipowski Aussie. Part 7. Last day. Tout a une fin, sauf la banane qui en a deux.

 

ExpoCaro

Portraits : première partie de la galerie virtuelle des tableaux de Caroline de Lipowski.

Paysages : la peintre joue du chevalet en extérieur.

Still life : les Anglais faisant toujours le contraire de nous, on ne s’étonnera pas que les Anglo-saxons traduisent Nature morte par Still life.

 

L’auteur

Bio pas bio, l’élastique curiculum vitae d’un auteur entre réalité et fiction.

 

Coming next : 1951 – Moreau ou de Lipowski ?